Alliés objectifs : Netanyahu et Hamas

Par Gwynne Dyer, in Opinion, Monde · 13-05-2021 07:00:00 · 0 Commentaires

Les "alliés objectifs" ne se parlent généralement pas. Ils n'ont pas de valeurs communes, leurs objectifs ultimes peuvent être totalement incompatibles, ils se détestent souvent. Mais ils partagent un objectif intermédiaire, et sont assez intelligents pour comprendre qu'ils peuvent tous deux obtenir ce qu'ils veulent en agissant ensemble de certaines manières.

Parfois, ces moyens peuvent même impliquer de se tirer dessus, mais si cette façon d'agir donne un résultat qui sert leurs différents objectifs, ils restent des alliés objectifs. Ainsi, Binyamin Netanyahou, toujours Premier ministre d'Israël malgré sa situation politique précaire, et le Hamas, l'organisation islamiste palestinienne qui contrôle la bande de Gaza, sont des alliés objectifs.

En ce moment, les missiles volent et des gens meurent dans la bande de Gaza et en Israël, et comme d'habitude, il est difficile de dire qui ou quoi a commencé. S'agit-il des frappes aériennes israéliennes qui ont touché 150 cibles à Gaza et tué une trentaine de personnes, dont neuf enfants, mardi ? Ou les combattants du Hamas qui ont lancé 130 de leurs missiles artisanaux sur des villes israéliennes plus tôt dans la journée et tué trois Israéliens ?

Ou la police israélienne qui a tiré des grenades paralysantes lundi soir sur des manifestants palestiniens réfugiés dans la mosquée al-Aqsa, sur ce que les Israéliens appellent le Mont du Temple ? Ou les manifestants palestiniens qui ont lancé des pierres et d'autres missiles sur la police tous les soirs pendant la dernière semaine du Ramadan ? Ou les fondateurs du Hamas en 1987, ou les auteurs de la Déclaration Balfour en 1917 ?

Peu importe qui a commencé. La bonne question est : à qui profite ce qui se passe en ce moment ? Ce sont les mêmes vieux "alliés objectifs" qui jouent ce jeu depuis un quart de siècle déjà : Le Hamas et Netanyahu. Et oui, ils se détestent, mais néanmoins.....

Considérez la position de Netanyahou. Pour la quatrième fois consécutive, il vient d'échouer à obtenir un résultat électoral qui lui permettrait de créer et de diriger un gouvernement de coalition. Il est jugé pour de graves accusations de corruption et pourrait aller en prison s'il ne reste pas Premier ministre.

Les partis d'opposition qui veulent voir Netanyahou partir ont maintenant un mois pour essayer de former une coalition différente qui l'exclut, mais ils ont un problème. L'arithmétique électorale signifie que leur coalition doit contenir la Liste arabe unie (UAL), l'un des partis qui représentent la minorité de 20% de citoyens arabes d'Israël.

Aucun parti arabe n'ayant jamais fait partie d'un gouvernement israélien auparavant, la constitution de cette coalition était déjà assez délicate. Le faire alors que les Israéliens et les Palestiniens s'entretuent est impossible. Le président de l'UAL, Mansour Abbas, a déjà suspendu les discussions avec ses partenaires juifs potentiels de la coalition.

Si ces discussions de coalition échouent, Israël devra organiser de nouvelles élections (les cinquièmes en trente mois) à l'automne prochain. Dans l'intervalle, Netanyahou restera Premier ministre et aura alors une nouvelle et cinquième chance d'obtenir une coalition majoritaire de droite durable qui adoptera une législation le préservant de toute poursuite.

Je ne peux pas lire dans les pensées de Netanyahou, mais s'il était un politicien impitoyablement égoïste, il trouverait certainement cette petite guerre politiquement utile. Et que dire de son prétendu "allié objectif", le Hamas ?

Le Hamas a moins besoin d'une guerre en ce moment plus que Netanyahu, mais il est toujours prêt à en faire une. Son modèle économique est le rejet perpétuel de la paix avec Israël, dans l'espoir qu'une intervention divine apportera un jour une victoire totale et éliminera l'État juif.

Le Hamas est donc en concurrence permanente avec le Fatah, le mouvement politique palestinien rival qui a accepté la "solution à deux États" (aujourd'hui moribonde) prévoyant la coexistence d'États israélien et palestinien. Une petite guerre avec Israël de temps en temps est bonne pour l'image du Hamas.

L'"alliance objective" Hamas-Netanyahou repose sur le fait que Netanyahou déteste l'idée d'une solution à deux États tout autant que le Hamas. En effet, ils ont commencé par étrangler cet accord en 1995-96, et la plupart des coups de feu depuis ont consisté à le maintenir mort.

L'accord est issu de l'accord d'Oslo de 1992, dans lequel le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin et le dirigeant palestinien Yasser Arafat ont convenu de s'orienter vers deux États parallèles vivant en paix.

Rabin a été assassiné par un extrémiste de droite juif, mais tout le monde s'attendait à ce que son successeur, Shimon Peres, remporte les élections de 1996 grâce à un vote de sympathie et mette en œuvre l'accord d'Oslo. Au lieu de cela, le Hamas s'est lancé dans une folie terroriste, faisant exploser des bus en Israël pour faire un maximum de victimes, afin de pousser les électeurs israéliens dans les bras de la droite nationaliste hostile aux accords d'Oslo.

Cela a réussi, et le candidat de droite, l'ex-commando Binyamin Netanyahou, est devenu Premier ministre et a saboté le "processus de paix". Il n'a jamais eu beaucoup de chances de réussir, mais le Hamas et Netanyahou agissent tous deux comme des alliés objectifs chaque fois que le cadavre de la solution à deux États menace de sortir de sa tombe peu profonde.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires