Ne vous inquiétez pas : les robots peuvent déjà cueillir des fruits rouges, alors dans trente ou quarante ans, ils seront probablement capables de vous essuyer le derrière (nous allons tous vivre très longtemps, sauf ceux qui ne le font pas). Nous aurons besoin des robots parce qu'il n'y aura pas assez de personnes en âge de travailler pour s'occuper des personnes âgées.

Les Chinois, dont la population a déjà cessé de croître et devrait diminuer de moitié d'ici la fin du siècle, ont une expression qui résume bien la situation : le foyer "4:2:1". Il s'agit d'un foyer où il y a quatre grands-parents, pris en charge par deux parents en âge de travailler, qui eux-mêmes n'ont qu'un seul enfant.

La génération intermédiaire est mise à rude épreuve, même lorsque l'enfant est petit et que les grands-parents viennent de prendre leur retraite. Lorsque les grands-parents sont très âgés et fragiles, et que la génération intermédiaire a déjà cessé de travailler (l'âge de la retraite en Chine est de 60 ans pour les hommes et de 55 ans pour les femmes), tout le poids des soins repose sur les épaules d'un seul jeune homme ou femme.

C'est ce qu'on appelle le "taux de dépendance", et il augmente déjà rapidement. En 1975, la Chine comptait 7,7 personnes actives pour chaque personne de plus de 60 ans ; d'ici 2050, ce ratio ne sera plus que de 1,6 personne active pour chaque retraité. Et si la Chine retient surtout l'attention, deux douzaines d'autres pays sont également confrontés à une diminution de moitié de leur population d'ici 2100.

Ce sera le cas de l'Espagne et de l'Italie, du Brésil et du Japon, de la Corée et de la Thaïlande. Cela n'arrivera pas tout à fait à l'Inde, dont la population culminera probablement autour de 1,6 milliard d'habitants au milieu des années 2040 avant de redescendre à un peu moins d'un milliard en 2100, mais les mouvements de yoyo vers le haut et vers le bas seront suffisants pour donner au pays le mal des transports.

Ainsi, lorsque les résultats du recensement chinois ont été publiés la semaine dernière, un torrent de commentaires s'est abattu sur la façon dont les pays riches (y compris la Chine) devront ouvrir largement leurs frontières aux immigrants des pays où la population est encore en croissance, principalement en Afrique et au Moyen-Orient.

Sinon, calculent les experts, il n'y aura pas assez de personnes dans les pays riches pour travailler dans les usines, faire fonctionner les infrastructures et prendre soin des personnes âgées. Cela semble parfaitement adapté, mais c'est presque certainement faux.

Les populations des pays du Moyen-Orient et d'Afrique continuent en effet de croître, et assez rapidement. En fait, c'est là que se produira la quasi-totalité de la croissance restante de la population mondiale, qui passera de 7,8 milliards aujourd'hui à un pic de 9,7 milliards en 2064, avant de retomber à 8,8 milliards à la fin du siècle (selon les prévisions les plus récentes, publiées dans "The Lancet" l'année dernière).

Ce que ces chiffres incarnent mais dissimulent, cependant, c'est que la croissance dans les pays pauvres se poursuit jusqu'en 2100, doublant, triplant ou même quadruplant la population de pays comme l'Égypte, le Nigeria et la Tanzanie - ce qui signifie qu'ils resteront probablement pauvres. Le déclin général de la population mondiale à la fin du siècle est uniquement dû à l'effondrement de la population dans les pays riches.

Il y aura donc encore beaucoup de personnes affamées dans les pays pauvres, désireuses de se rendre dans les pays riches, et une pénurie croissante de main-d'œuvre dans les pays riches - mais les pauvres ne seront probablement toujours pas autorisés à y entrer. La politique identitaire l'emporte presque toujours sur l'économie.

Presque tous les pays, même ceux qui n'ont jamais connu l'immigration, peuvent faire face à un afflux de 10 % d'étrangers en une génération. Ils auront tendance à être plus jeunes et à avoir plus de bébés, de sorte que leurs descendants pourront représenter 20 ou 25 % de la population, mais ils seront alors culturellement "locaux". La culture de base reste reconnaissable, bien que subtilement modifiée et même enrichie.

Cependant, presque aucun pays, aussi tolérant soit-il, n'acceptera un afflux de 25 % ou 30 % d'étrangers en une génération, surtout lorsque les taux de natalité différentiels signifient que, trente ou quarante ans plus tard, ils représenteront plus de la moitié de la population. C'est le nombre de "nouveaux Danois" et de "nouveaux Chinois" qu'il faudrait pour "résoudre" le problème par l'immigration, donc cela n'arrivera pas.

Le problème sera plutôt résolu par un recours toujours plus large à l'automatisation et aux robots. La main-d'œuvre immigrée peut être plus rentable que les machines, et parfois plus gentille aussi, mais les machines n'ont pas le même bagage culturel problématique.

Pas avant que l'IA ne devienne "Skynet", du moins, mais c'est probablement encore loin.