Le synopsis du roman est le suivant : "Le voyage émotionnel d'une mère, qui passe de la trahison, de l'aliénation et du chagrin d'amour à l'espoir, au pardon et à la résolution. Lorsque l'ex-mari de June enlève leur fils de neuf ans, Marcus, au Canada et retourne avec lui en Suisse, le chagrin d'amour atteint un tout autre niveau. Après les avoir suivis en Suisse, et en l'absence d'accord d'enlèvement entre le Canada et la Suisse (l'accord de La Haye n'est entré en vigueur qu'en 1983), June découvre qu'Andreas, son ex-mari, a obtenu la garde de leur fils. La jeune mère doit maintenant faire face à une vie différente, faite de règles et d'aliénation, alors qu'elle tente de s'installer dans une nouvelle vie. Après plusieurs années tumultueuses de déceptions, d'amour insondable et de découverte de soi, June retourne vivre en Suisse, où elle trouve le chemin de la réconciliation, de la découverte de soi et d'un nouvel amour. Finalement, elle commence une nouvelle vie au Canada avec son nouveau mari, et son fils la suit en tant que jeune homme, et une relation profonde et durable se forme avec lui, qui se poursuit jusqu'à ce jour".

June m'a dit qu'elle "vivait en Algarve depuis cinq ans et qu'elle a déménagé ici pour se rapprocher de son fils qui vit en Suisse". Elle a commencé à écrire ce livre "il y a trois ans, mais le processus d'écriture a duré 18 mois". Elle m'a également dit qu'elle "a toujours écrit, mais qu'elle a trouvé que l'écriture de son histoire personnelle était un voyage extrêmement difficile et qu'elle devait l'écrire pour son fils et pour elle-même". "Elle m'a également expliqué qu'elle avait "besoin de calme pour écrire et qu'elle a toujours eu peur d'écrire son histoire" et qu'elle "ne pouvait pas y faire face", mais ce qui l'a vraiment poussée à écrire ce roman, c'est qu'il y a trois ans, elle était très malade et a dû subir une opération, ce qui l'a vraiment influencée et l'a décidée à faire le grand saut et à écrire ces mémoires et à aller au bout de ses rêves.

June m'a dit que "la pandémie l'a en fait aidée à se concentrer sur son écriture car elle sentait qu'elle devait finir de l'écrire et si elle le posait, elle savait qu'elle ne le reprendrait pas. Elle a donc trouvé son rythme et a écrit pendant 8 à 12 heures par jour". J'ai demandé à June ce que les lecteurs peuvent espérer retirer de la lecture de ses mémoires et elle m'a gentiment répondu : Elle pense qu'"il ne faut jamais abandonner et qu'il est important d'aller jusqu'au bout, de prendre des risques dans sa vie et de ne pas avoir de regrets, car écrire ce livre était un gros risque pour moi et je ne me souciais que de la réaction de mon fils à l'histoire. J'ai pu voyager avec mon fils et travailler dur pour construire une meilleure relation avec lui. Nous sommes devenus très proches après ces épreuves traumatisantes dans nos vies."

En outre, "Faire face à ses peurs est essentiel et je pense que l'un des moments les plus significatifs dans l'écriture de ce mémoire et le partage de l'histoire est à quel point il est plus facile de faire face à ce que vous craignez que de le garder caché et ignoré. Lorsqu'elle est dans le moment présent et hors de l'obscurité, elle devient moins effrayante et finie. Lorsque les peurs restent dans l'obscurité, elles restent infinies. J'ai senti que je devais y aller, sinon je n'y survivrais pas et elle me gouvernerait pour toujours. Je suis allé dans cet endroit sombre et j'ai traîné la vérité dans la lumière. Puis j'ai écrit mes sentiments du mieux que j'ai pu sur ce qui s'est passé il y a si longtemps - bruts, non coupés, impartiaux - sur la garde, l'enlèvement, l'aliénation, les tragédies, en particulier la perte de mon fils. Je savais que je devais y faire face - revivre chaque moment, chaque sentiment. J'ai accepté l'énergie négative, puis je l'ai laissée partir une à une. Et grâce à elle, j'ai commencé à me sentir mieux et plus confiante. J'étais plus déterminé que jamais à ce que cette force ne me contrôle plus. Au fil de l'écriture de ce livre, elle a lentement diminué et est devenue une lumière chaleureuse et invitante, un phare d'espoir et d'amour."

June est fière de son livre et affirme qu'elle "ne regrette rien de ce qu'elle a écrit et que l'écriture de ce livre a été la meilleure chose qui soit parce qu'elle lui a permis de refermer des blessures et de valider son expérience et que maintenant, elle et son fils peuvent guérir du passé". Ce livre a reçu les critiques les plus positives de tous ses livres et les lecteurs ont dit qu'ils avaient suivi chaque émotion et cela l'a vraiment touchée. Pour ce qui est de l'avenir et de ce que l'on peut attendre de June, elle a commencé à écrire la suite de "I Heard the Alps Call His Name", en raison de sa popularité, expliquant que "c'est un roman moins profond et beaucoup plus léger, qui traite de la vie après la fin du livre, de sa vie et de celle de son fils, ainsi que de la positivité de ce voyage", et qu'elle prévoit de lancer son livre en Suisse à Noël et au Canada en été.

Le roman est disponible sur Amazon, Kindle et il est également vendu au restaurant Jolly's, à Alvor, ainsi qu'au camping. Le prochain objectif de June est de rendre le roman disponible dans les librairies locales, alors gardez un œil sur lui. Pour plus d'informations, veuillez consulter le site Web de June à l'adresse www.Junebugmjorgensen.com. Vous pouvez également suivre l'évolution de l'auteur sur sa page Facebook en recherchant June Jorgensen.