Mais ce n'est pas du tout anodin. C'est explosif.

Elle explique pourquoi environ la moitié de l'industrie mondiale du pétrole et du gaz mourra au cours des 15 prochaines années, tandis que l'autre moitié profitera d'un dernier cycle de croissance frénétique. Écoutez attentivement, et vous pouvez déjà entendre l'argent intelligent commencer à bouger.

Comme l'a déclaré au Guardian l'auteur principal de l'article, Jean-François Mercure, de l'université d'Exeter : "Les gens continueront à investir dans les combustibles fossiles jusqu'à ce que, soudainement, la demande qu'ils attendaient ne se matérialise pas et qu'ils se rendent compte que ce qu'ils possèdent n'a plus aucune valeur", autrement dit, des actifs échoués. Mais cela ne se produira pas partout dans quinze ans ; seulement à certains endroits.

Les auteurs de l'article ont pris les engagements nationaux de "Net Zero d'ici 2050" qui ont proliféré récemment sur la planète, ont calculé ce que cela implique en termes de déclin de la demande de pétrole et de gaz, et ont identifié les pays exportateurs de pétrole et de gaz qui seront encore dans la course au milieu des années 2030. Ils ne le seront pas tous.

Bien entendu, tous les engagements "zéro émission" ne seront pas tenus dans leur intégralité. Même les grandes réductions d'émissions qui seront réalisées comme promis seront chargées en fin de parcours, de sorte que la plupart d'entre elles se produiront après 2030, et non sous la surveillance des personnes qui font actuellement ces promesses.

Et vous pouvez certainement faire valoir que cela signifie que les émissions ne seront toujours pas suffisamment réduites pour nous empêcher de dépasser la limite "à ne jamais dépasser" de deux degrés d'augmentation de la température moyenne mondiale dans les années 2040, et qu'il y aura un enfer à payer en conséquence.

Rien de tout cela ne change ce que Mercure et al. disent. Il y aura encore suffisamment de réductions de l'utilisation des combustibles fossiles, assez rapidement, pour créer un cauchemar de baisse de la demande mondiale pour tous les producteurs de combustibles fossiles du monde. Tout le monde peut le constater. Il faut un peu plus de travail pour calculer qui va sombrer et qui ne va pas sombrer - ou du moins pas tout de suite.

Par souci d'exhaustivité, les auteurs proposent un scénario dans lequel tous les producteurs de pétrole et de gaz du monde, ou du moins l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), se réunissent et réduisent leur production au même rythme. Leurs revenus diminueront tous, mais au moins la douleur sera partagée équitablement. Mais on voit bien qu'ils ne croient pas vraiment à cette histoire.

Ce qu'ils prévoient, c'est que les producteurs aux coûts les plus bas, l'Arabie saoudite et les autres États du Golfe, vont se ruiner. Personne ne peut les concurrencer sur le plan des prix (ils peuvent réaliser des bénéfices même lorsque le pétrole ne coûte que 20 dollars le baril), et ils vont donc inonder le marché mondial de pétrole bon marché.

Ils ne l'ont pas fait dans le passé parce qu'ils pouvaient gagner beaucoup plus par baril si l'offre restait serrée. Mais il s'agit d'une perspective à long terme, et il n'y a plus de long terme pour les combustibles fossiles.

S'il est clair que de nombreux actifs pétroliers et gaziers vont rester dans le sol pour toujours en raison de la diminution de la demande, alors il est de votre devoir patriotique de vous assurer que les actifs échoués appartiennent à d'autres pays, et non au vôtre.

Alors, baissez votre prix à 20 dollars le baril, chassez du marché tous les concurrents dont les coûts sont plus élevés, et vendez autant que vous le pouvez avant que la demande ne s'effondre complètement.

Les auteurs de l'article calculent que l'Arabie saoudite, par exemple, pourrait gagner 1 700 milliards de dollars avant que la demande ne s'effondre complètement si elle opte pour la vente forcée, contre seulement 1 300 milliards de dollars si elle coopère avec tous les membres non arabes de l'OPEP et tente de maintenir les prix du pétrole et du gaz à un niveau élevé. 400 milliards de dollars, c'est une grande différence, alors de quel côté pensez-vous qu'ils vont pencher ?

Qui va dans le mur en premier dans ce scénario ? Les producteurs à coûts élevés travaillant dans les sables bitumineux, les schistes bitumineux, les eaux profondes et les zones arctiques, donc le Canada, les États-Unis, l'Amérique latine (principalement le Mexique et le Brésil) et la Russie. Mais même les producteurs aux coûts les plus bas seront ruinés d'ici 2050, si tous les engagements de "Net Zero d'ici 2050" se concrétisent.

Le charbon n'attire pratiquement aucune attention dans le document, sans doute parce que son destin est celui d'un déclin lent et régulier, avec une sortie définitive d'ici 2050, plutôt que les folles fluctuations de coût et la décimation des producteurs qu'il prévoit pour l'industrie pétrolière.

Peut-être que tous ces changements peuvent se produire sans avoir de graves répercussions sur d'autres parties de l'économie mondiale, mais l'histoire suggère le contraire. Les prédictions concernant le pétrole et le gaz sont assez convaincantes, mais si un trop grand nombre d'acteurs réalisent que leurs actifs sont bloqués en même temps, nous pourrions assister au pire des krachs boursiers.