Les titulaires de permis de conduire délivrés par les États membres de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) et de l'Organisation pour la coopération l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) peuvent désormais conduire au Portugal sans changer de permis. changer leur permis.

Selon l'amendement publié aujourd'hui dans le Diário da República, l'échange des permis de conduire a été supprimé, "permettant ainsi de de conduire sur le territoire national avec des titres délivrés dans ces États, grâce à la la reconnaissance des titres de conduite étrangers".

Modalités d'application

Cette reconnaissance s'applique aux permis de conduire dans lesquels l'État l'État émetteur souscrit à un accord bilatéral avec l'État portugais, si il ne s'est pas écoulé plus de 15 ans depuis la délivrance ou le dernier renouvellement et à condition que le titulaire soit âgé de moins de 60 ans.

Le décret-loi publié souligne que ces permis de conduire permis de conduire ne permettent de conduire sur le territoire national que "si leurs titulaires ont l'âge minimum requis par la loi portugaise pour le permis en question, et sont valides et non appréhendés, suspendus, expirés ou révoqués en vertu d'une disposition légale, d'une décision administrative ou d'une décision de justice appliquée. disposition légale, d'une décision administrative ou d'une décision de justice appliquée à son titulaire au Portugal ou dans l'État de délivrance".

Liberté de circulation

"La liberté de circulation est un élément essentiel du plein exercice de la plein exercice de la citoyenneté", indique le décret-loi publié, en soulignant que souligne que "le Portugal a cherché à renforcer les droits des citoyens étrangers qui qui se rendent dans notre pays, qu'il s'agisse d'un voyage, d'un séjour temporaire à des fins touristiques, qu'ils voyagent pour travailler ou investir dans notre pays".

Dans ce document, le gouvernement réitère son engagement à l'intégration des migrants, qui passe par l'amélioration de leur qualité de vie". qualité de vie", en soulignant qu'il est "indispensable de simplifier le permis de conduire des véhicules à moteur", un élément qu'il considère "fondamental pour garantir la mobilité sur l'ensemble du territoire national".