Environ 10 000 Britanniques ont quitté Faro samedi.

Par TPN/Lusa, in Actualités, COVID-19, Tourisme · 06-06-2021 14:53:00 · 0 Commentaires

Le retrait du Portugal de la "liste verte" des voyages à destination du Royaume-Uni a provoqué un afflux d'environ 10 000 départs à l'aéroport de Faro samedi.

"Hier [samedi], il y avait une concentration d'environ 10 000 passagers britanniques au départ, mais il est également intéressant de noter que, dans la même période, 2 500 sont arrivés. Par conséquent, malgré les règles britanniques, il y a encore des Britanniques qui arrivent en Algarve", a déclaré João Fernandes, le président du Conseil du tourisme de l'Algarve à l'agence Lusa.

Le président de la région touristique de l'Algarve (RTA) a reconnu qu'"il y avait des contraintes spécifiques à l'aéroport de Faro" en raison de l'augmentation du trafic vers le Royaume-Uni par des passagers qui cherchaient à rentrer avant mardi, date d'entrée en vigueur des règles de la liste orange.

João Fernandes a expliqué que les passagers, "dont beaucoup sont britanniques", ont été contraints "d'anticiper leur retour pour arriver dans le pays avant mardi" et ainsi échapper à l'obligation d'effectuer une quarantaine de 10 jours et deux tests au covid-19 dans cette période en raison de la mesure imposée par le gouvernement britannique à tous les passagers arrivant au Royaume-Uni depuis le Portugal.

Le président de RTA a expliqué que l'afflux qui a généré un grand nombre de personnes dans la zone d'enregistrement, en particulier sur les vols à destination du Royaume-Uni, "est plus calme aujourd'hui" et "il y a moins de passagers qui reviennent qu'hier [samedi], qui était le pic de cet afflux".

João Fernandes a mis en avant deux raisons pour justifier l'accumulation dans la zone 'check-in' : l'une liée aux ressources humaines fournies par les compagnies aériennes et l'autre à l'absence de remplissage des formulaires exigés par le Royaume-Uni.

"Avec ces zigzags du gouvernement britannique, [les compagnies aériennes] n'ont pas mis à disposition et n'ont pas les ressources humaines pour ouvrir de nombreux comptoirs, donc elles concentrent les files d'attente sur quelques points d'enregistrement", a-t-il expliqué.

L'autre raison est que les passagers qui arrivent au "check-in" et "n'ont pas le 'Passenger Location Form', qui est une information qui doit être soumise à une plateforme en ligne avec un code spécifique, qui est une obligation que le gouvernement britannique exige pour entrer au Royaume-Uni", a déclaré João Fernandes.

"De nombreux passagers, en particulier les plus âgés, qui sont info-exclus, n'ont même pas de téléphone portable de dernière génération et ont des difficultés à se conformer. Ils arrivent au 'check-in' et prennent plus de temps parce qu'ils doivent remplir le formulaire", a-t-il ajouté.

Les autorités de l'Algarve ont également augmenté la capacité de test du covid-19 à l'aéroport de Faro et dans différentes parties de la région, "surtout le week-end", et ont informé les touristes, à leur arrivée et pendant leur séjour dans les hôtels, de passer les tests avant de se rendre à l'aéroport pour prendre leur vol de retour.

"Hier [samedi], il a été renforcé avec un camion pour tester les gens à l'aéroport", a déclaré João Fernandes, assurant "qu'il n'y a plus personne à embarquer faute de tests".

En ce qui concerne les vols de rapatriement, João Fernandes a indiqué que les compagnies aériennes et les tour-opérateurs ont renforcé leur capacité de réponse en fonction de la demande de voyages de retour vers le Royaume-Uni et a cité l'exemple de Tui, qui "a fait venir un Boeing 787, d'une capacité de 300 passagers", afin de pouvoir rapatrier davantage de personnes avant mardi.

La décision britannique d'exclure le Portugal de la "liste verte" des voyages a été prise jeudi et a suscité les critiques du secteur du tourisme, qui se préparait à une augmentation des réservations et de la demande de touristes en provenance du Royaume-Uni.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires