Il y a un peu plus d'un an, Donald Trump essayait d'entraîner tout un pays dans sa chute, avec un certain succès.

Il y a Jair Bolsonaro, qui s'agite dans l'attente de sa défaite presque inévitable face à "Lula" lors des élections brésiliennes d'octobre prochain.

Il y a Viktor Orban, stupéfait de faire face à une opposition unie de six partis lors des élections d'avril en Hongrie.

Et ce qu'ils ont en commun, c'est qu'ils sont tous des menteurs. Pas des menteurs timides et sournois. Des menteurs audacieux, directs et éhontés. Ils se moquent de savoir si vous connaissez vraiment la vérité par expérience personnelle. Cela ne les dérange pas que vous sachiez qu'ils mentent. Ils vont simplement répéter leur mensonge - et vous pourriez même les croire, car ils le disent avec une telle conviction.

Ils sont convaincants parce qu'après une fraction de seconde où ils décident en privé qu'un mensonge servira leur objectif, ils le croient eux-mêmes. Ils ont également d'autres caractéristiques : ce sont généralement des hommes, ils sont toujours intelligents, ils sont presque toujours charmants et ils ont généralement plusieurs conjoints et de nombreux enfants au cours de leur vie. Ce sont, en un mot, des sociopathes.

Presque tous les tricheurs sont des sociopathes, mais l'inverse n'est pas vrai. Les sociopathes peuvent aussi finir dans les plus hautes positions dans les affaires, dans les professions libérales, même en politique. (Pas tellement dans l'armée, où ils ont tendance à être découverts très tôt). Et ces derniers temps, ils ont fait leur apparition dans les plus hautes fonctions politiques de nombreux pays. Pourquoi maintenant ?

Ce qui me ramène à une interview que j'ai réalisée avec un sociologue d'une université américaine il y a de nombreuses années. Il avait écrit un article sur la manière dont l'évolution avait façonné les coutumes matrimoniales de l'homme, qui s'inscrivait d'une certaine manière dans le cadre d'un documentaire radiophonique que je réalisais à l'époque. Dieu seul le sait.

Quoi qu'il en soit, nous avions terminé, et alors que je rangeais mes affaires, je lui ai demandé en toute décontraction s'il connaissait des circonstances évolutives qui modifiaient le comportement humain aujourd'hui. Il s'est arrêté un moment, puis a dit qu'il pensait que les sociopathes se multipliaient. J'ai donc déballé mes affaires et repris l'entretien.

Il a commencé par une déclaration évidente : la sociopathie est généralement, sinon toujours, une propriété génétique. La plupart des sociopathes sont nés, pas fabriqués. Et il s'est demandé comment ils avaient pu échapper à la sélection naturelle à l'époque des chasseurs-cueilleurs, car il s'agissait de petits groupes de personnes - trente ou quarante adultes - où tout le monde se connaissait.

Sa réponse était que les petits groupes ne sont pas très vulnérables à un sociopathe. Tout le monde a son numéro avant d'atteindre l'âge de la reproduction, il ne peut donc pas être un super-géniteur. Tout le monde vérifie ses mensonges avec tout le monde, donc il ne peut pas s'en sortir avec beaucoup. Et il y a certaines circonstances rares où il peut être utile d'avoir un sociopathe dans les parages.

Les groupes de chasseurs-cueilleurs sont normalement non seulement égalitaires mais littéralement sans chef. Cependant, les petits groupes qui peuvent soudainement faire face à des crises existentielles - une famine, une bande rivale - ont besoin de quelqu'un en réserve qui peut fournir un leadership impitoyable et charismatique. Il sera presque un paria en temps normal, mais un jour vous pourriez avoir besoin de lui, alors ne l'éliminez pas complètement.

Tout allait bien jusqu'à ce que les êtres humains commencent à vivre dans des sociétés fortes de milliers ou de millions de personnes, où les sociopathes deviennent invisibles. Personne n'a leur numéro, et il y a une réserve inépuisable d'étrangers à tromper et à exploiter (et à se reproduire avec).

Une société de masse est le jardin des délices d'un sociopathe. Bien sûr, leur nombre augmente : mon ami sociologue estime qu'ils représentent 3 % des hommes et que ce chiffre ne cesse d'augmenter. Et bien sûr, ils apparaissent à des postes de direction parce qu'ils peuvent mentir directement et de manière convaincante à beaucoup plus de gens. (Les médias de masse leur ont donné un coup de pouce, mais les médias sociaux les ont propulsés comme des fusées).

J'ai vérifié, d'ailleurs. Les quatre hommes cités ci-dessus sont des menteurs quotidiens, voire horaires. Ils sont de sexe masculin, assez intelligents, et certaines personnes les trouvent au moins charmants. Ils ont tous cinq enfants ou plus (Johnson en est à 7+), et tous, sauf Orban, en sont à leur troisième épouse. Bingo !

Mais voici la question vraiment intéressante : pourquoi tous ces hommes sont-ils en passe de quitter le pouvoir ou déjà partis ? Cela fait peut-être aussi partie de leur sociopathie, car ils laissent tous derrière eux des traces d'épaves humaines : partenaires trompés, amants abandonnés, partisans trahis. Ils n'y peuvent rien, c'est ce qu'ils sont.

La bonne nouvelle est donc que les vrais sociopathes finissent par être découverts. La mauvaise nouvelle, en revanche, c'est qu'ils sont beaucoup plus nombreux et qu'ils se reproduisent comme des mouches.