Biden n'a pas dit quand la guerre mondiale 2.1 suivra, mais les références constantes à la "pire crise depuis 1939" ou à la "pire guerre en Europe depuis 1945" laissent penser qu'elle arrivera peu après. Ce journal sera bien fâché s'il n'a pas un article de moi rectifiant mon erreur lorsque les chars russes arriveront, et je me sens donc obligé d'écrire à nouveau sur le sujet.

Malheureusement, je ne peux pas me rétracter. Même les chœurs des seize agences de renseignement américaines (je n'invente rien), chantant l'Alléluia et me suppliant de croire, ne peuvent me persuader que les Russes arrivent. Ce n'est que lorsque je verrai leurs chars en masse franchir la frontière ukrainienne que j'accepterai que Poutine soit aussi stupide.

Il est méchant, certes : il frappe vraiment les gens, comme l'agent du KGB qu'il était autrefois. Il est obsédé par l'idée de reprendre le contrôle de l'empire perdu que les Russes appellent le "Proche-Orient", et il est tout à fait disposé à se livrer à un bluff énorme et dangereux dans l'espoir de progresser dans ce domaine. Mais il n'est pas stupide. Personne qui reste au pouvoir en Russie pendant 22 ans n'est stupide.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky commence à en avoir assez de tous ces politiciens et experts occidentaux hystériques. Samedi dernier, il a déclaré : "Je pense que l'on parle trop d'une guerre totale avec la Russie, et les gens donnent même des dates. Le meilleur ami de nos ennemis est la panique dans notre pays, et toutes ces 'informations' ne font que créer la panique. Cela ne nous aide pas".

Ou considérez l'évaluation du Centre ukrainien pour les stratégies de défense, un groupe de réflexion à but non lucratif de Kiev.

Fin janvier, il a publié une évaluation selon laquelle "d'une manière générale, une opération offensive russe à grande échelle contre l'Ukraine en 2022 est peu probable, même si l'on se base sur des exigences purement militaires. Cela est mis en évidence par l'absence du nombre de troupes requis pour une telle opération, qui devrait être de plusieurs centaines de milliers (pour mener des hostilités actives contre l'Ukraine)."

Le chiffre le plus élevé cité pour le nombre total de troupes russes qui se trouveraient à quelques jours de la frontière ukrainienne est de 147 000, et plus de la moitié d'entre elles sont à leur emplacement actuel depuis un an ou plus. Ce chiffre semblait ridiculement bas pour une invasion réelle d'un pays de 43 millions d'habitants, alors j'ai fait quelques vérifications.

L'invasion de la Pologne par les Allemands en 1939 a marqué le début de la guerre mondiale 2.0, et la Pologne de l'époque correspondait assez bien à l'Ukraine d'aujourd'hui : elle avait à peu près la même population, mais ne faisait que la moitié de la taille de l'Ukraine. Les deux pays partagent même une longue frontière. De combien de troupes les Allemands ont-ils eu besoin pour envahir la Pologne le 1er septembre 1939 ?

Oh. Un million et demi. Et bien que les Allemands aient eu de meilleures machines et de très bons généraux, la résistance polonaise est restée assez sérieuse jusqu'à ce que les Russes envahissent la Pologne de l'autre côté, deux semaines plus tard, en application du pacte nazi-soviétique. Près de 20 000 soldats allemands ont été tués ou portés disparus au combat en un mois, et 30 000 ont été blessés.

Je ne prétends pas que les pertes russes seraient les mêmes en cas d'invasion de l'Ukraine aujourd'hui, mais elles seraient certainement assez importantes pour alarmer les gens chez eux. De plus, il est même douteux que 147 000 soldats russes puissent réellement envahir l'Ukraine.

Ils pourraient s'emparer de quelques zones frontalières, et l'écrasante puissance aérienne russe les protégerait des contre-attaques, mais c'est le maximum que cette crise puisse atteindre. Je ne pense vraiment pas qu'elle prendra cette ampleur. Peut-être une mini-offensive dans les provinces du sud-est de Donetsk et de Lugansk, qui sont déjà en partie sous contrôle russe, mais rien de plus.

On se sent un peu seul ici, alors que beaucoup de gens qui prétendent s'y connaître utilisent des termes apocalyptiques comme "invasion imminente". Je m'excuserai abondamment si je me trompe, mais j'ai l'impression que des gens de la Central Intelligence Agency ont repéré quelques mouvements mineurs de troupes russes et ont tiré la sonnette d'alarme à des fins de politique intérieure ou juste pour le plaisir.

Poutine, toujours aussi opportuniste, a décidé d'alimenter les flammes et de voir ce qu'il pouvait tirer de la "crise" qui a suivi. Biden, qui avait besoin de se refaire une image de dur à cuire après son échec en Afghanistan, a pris la même décision. Les Ukrainiens ne croient pas un mot de tout cela, mais personne ne les écoute. Et il n'y aura pas de guerre chaude en Europe, ni même de nouvelle guerre froide.