Les circonstances étaient un peu sordides, puisque tant la la Suède et la Finlande ont abandonné leur soutien à la minorité kurde opprimée de la Turquie opprimée de la Turquie afin d'ouvrir leur propre voie vers l'adhésion à l'OTAN. La Russie n'a pas La Russie ne prévoit pas de les envahir pour le moment, mais dès que les chars russes sont entrés en Ukraine, les deux pays scandinaves ont frappé à la porte de l'OTAN.

Ce sont de petits pays que la Russie pourrait éventuellement submerger par leur simple mais ils sont riches et les Finlandais, au moins, estiment que leurs forces armées bien entraînées forces armées bien entraînées pourraient rendre la conquête russe lente et coûteuse. coûteuse. Puisqu'il n'y avait aucune raison valable pour Moscou de les envahir, jusqu'en février dernier, cela semblait suffisant. février dernier, cela semblait être suffisant. Puis, soudain, ce ne fut plus le cas.

Le problème, bien que personne ne le mentionne à voix haute, ce sont les armes nucléaires. Les deux pays baltes ne possèdent pas d'armes nucléaires (bien que la Suède ait un jour envisagé d'en acquérir). a envisagé de s'en procurer), et maintenant le président Vladimir Poutine et ses complices font allusion à des frappes nucléaires chaque fois que quelque chose ne va pas dans sa guerre contre l'Ukraine. l'Ukraine.

La seule façon pour la Finlande et la Suède de se protéger du chantage nucléaire russe est de rejoindre l'OTAN. nucléaire russe est d'adhérer à l'OTAN, dont trois des membres (les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France) possèdent des armes nucléaires. et la France) disposent de leurs propres armes nucléaires. Puisque tous les membres de l'OTAN sont sont obligés de protéger tout membre attaqué, cela donne aux Suédois et aux Finlandais une garantie nucléaire.

Il y a, bien sûr, eu les avertissements habituels des sources habituelles selon lesquels que l'entrée de ces deux pays dans l'OTAN rendra les Russes encore plus paranoïaques paranoïaques et donc encore plus enclins à attaquer leurs voisins (bien que la dernière partie de cet avertissement ne soit jamais complètement formulée). cette dernière partie de l'avertissement n'est jamais pleinement articulée). Mais c'est une pure absurdité.

Les Russes sont effectivement paranoïaques, mais il s'agit d'un état d'esprit, pas d'une réponse à un acte particulier qu'ils interprètent comme agressif. Ils éprouvent leur paranoïa de manière honnête, en ce sens qu'ils ont été envahis par l'équipe A des conquérants mondiaux en puissance (les Russes et les Européens). conquérants potentiels du monde (les Mongols, Napoléon, Hitler) et vivent dans un pays sans frontières "naturelles". sans frontières "naturelles".

Mais c'est de la paranoïa, et elle sera là quoi que fassent les autres. Les Russes n'ont jamais vraiment eu l'intention de conquérir l'Europe occidentale, mais ils ont mis leurs propres marionnettes au pouvoir dans tous les pays d'Europe de l'Est et les ont transformés en satellites après la Seconde Guerre mondiale. C'était "défensif" dans leur propre esprit, mais c'était ressenti comme une agression par tous les autres.

Non seulement les Russes ont imposé leur propre système communiste à tous ces pays. pays et les ont entièrement coupés du reste de l'Europe avec le "rideau de fer". rideau de fer". Ils ont écrasé sans pitié toute révolte des peuples soumis - en Allemagne de l'Est l'Allemagne de l'Est en 1953, en Hongrie en 1956, en Tchécoslovaquie en 1968 - et ont emprisonné ou exécuté des dizaines de milliers de personnes. ou exécuté des dizaines de milliers de personnes.

Après quarante années d'occupation militaire soviétique, il était donc inévitable que ces pays d'Europe de l'Est chercheraient refuge dans une OTAN élargie après l'effondrement de l'Union soviétique. Et il était nécessaire que l'OTAN accueille ces pays, car sinon ils auraient essayé de construire leurs propres défenses défenses contre la Russie.

Les possibilités historiques sont en général très discutables, mais il est presque certain que mais il est presque certain que si la Pologne n'avait pas pu rejoindre l'OTAN et bénéficier de sa garantie nucléaire, elle aurait eu sa propre défense contre la Russie. garantie nucléaire, elle disposerait aujourd'hui de ses propres armes nucléaires. Compte tenu de la la longue histoire d'asservissement et de brutalisation du pays par la Russie, les Polonais auraient considéré toute autre voie comme de la pure folie.

Oui, tous ces pays rejoignant l'OTAN ont "provoqué" Moscou, mais lorsque vous mais quand on a affaire à un paranoïaque de carrière, on n'a pas le choix. Le fait est que à aucun moment depuis 1945, les puissances occidentales n'ont eu la force militaire pour envahir la Russie avec succès sur le terrain. Depuis 1960 environ, elles n'ont pas eu la capacité de gagner une guerre nucléaire contre la Russie non plus.

Les Russes ne sont pas stupides. Ils sont paranoïaques à cause de leur histoire, mais ils savent compter. A un certain niveau, ils comprennent parfaitement que l'OTAN ne pourrait pas les envahir parce que (a) elle n'a pas la supériorité nécessaire en matière de forces militaires conventionnelles conventionnelles (même après la récente démonstration de l'état lamentable de leur propre armée), et (b) la Russie possède des armes nucléaires.

Ils ont donc des craintes déraisonnables, mais ils savent aussi comment utiliser le fait connu de leur paranoïa pour justifier leurs propres actions agressives. Entre les mains d'un Dans les mains d'un homme comme Vladimir Poutine, cela peut être un outil diplomatique puissant, et la seule moyen raisonnable de le contrer est de refuser d'entrer dans ce marécage intellectuel. du tout.

Il suffit d'arrêter de psychologiser sur les Russes, et de faire ce qui semble raisonnable et nécessaire.