La création d'une alliance militaire entre l'Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis la semaine dernière a provoqué une tempête dans un théière, mais l'action réelle était ailleurs. Vendredi, à Washington, le Dialogue quadrilatéral sur la sécurité (en abrégé "Quad") a tenu son tout premier sommet en face à face et a défini les parties de la confrontation entre grandes puissances pour la prochaine génération.

Personne n'était prêt à prononcer le mot "Chine" à voix haute, mais "contenir" la Chine est tout aussi important pour le Quad que "contenir" l'Union soviétique lorsque l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a été fondée il y a 72 ans. Et comme les pays de l'OTAN à l'époque, les membres actuels de la Quadrilatérale sont collectivement plus nombreux, plus armés et entourent leur adversaire.

Les États-Unis, l'Inde, le Japon et l'Australie comptent plus de deux milliards d'habitants, contre 1,4 milliard pour la Chine, et leurs économies représentent environ le double de celle de la Chine. Tous les membres du quadrilatère, à l'exception du Japon, ont encore des populations en croissance et relativement jeunes, alors que la population de la Chine vieillit rapidement et devrait commencer à diminuer rapidement d'ici 2030.

Il est de plus en plus courant de voir les médias occidentaux affirmer que la Chine possède désormais "la plus grande marine du monde", mais cela ne vaut que si l'on compte toutes les barques et tous les canots pneumatiques. En termes de matériel naval sérieux, la Chine possède un sixième du tonnage des marines de la Quadrilatérale, dont seulement deux porte-avions contre 15 pour la Quadrilatérale et douze sous-marins à propulsion nucléaire contre 69.

De quoi s'agit-il donc ? Les Chinois ne sont manifestement pas équipés pour tenter de conquérir le monde, et les dirigeants du pays ne sont manifestement pas non plus intéressés par la diffusion de leur idéologie. Ils n'y croient même pas eux-mêmes : Le communisme fournit une excuse rhétorique au régime autoritaire à parti unique, mais l'économie est un capitalisme "aux caractéristiques chinoises".

Du côté de la Quadrilatérale, la motivation n'est pas vraiment idéologique non plus. Les quatre membres sont des pays démocratiques et, aux États-Unis, il est normal de présenter toute guerre étrangère comme une défense de la "liberté" et de la "démocratie", mais les pays démocratiques qui ne sont pas concernés par ce combat (en Europe, en Amérique latine et même au Canada) ne font pas la queue pour rejoindre la Quadrilatérale.

En apparence, il s'agit de problèmes territoriaux mineurs autour du périmètre de la Chine, mais sous la surface, il s'agit de pouvoir pur et simple dans un sens presque abstrait. Les États-Unis ont été la première puissance mondiale au cours des 75 dernières années, et la Chine est un challenger qui a son propre sens de la destinée manifeste.

Pour le Japon et l'Inde, petites puissances qui ont des différends frontaliers mineurs avec la Chine, une alliance avec les États-Unis est une police d'assurance bon marché et pratique. Pour l'Australie, qui craint perpétuellement de se retrouver seule en tant que pays occidental en Asie, l'alliance avec l'Amérique a été le seul fondement de la politique de défense depuis la fin de l'empire britannique.

Devrions-nous désespérer que, trente ans seulement après la fin de la dernière guerre froide, nous nous dirigions vers une autre ? Pas du tout. Nous avons de la chance d'être sortis de la dernière sans guerre, et nous avons encore plus de chance qu'il ait fallu attendre si longtemps avant que la prochaine confrontation organisée entre les grandes puissances ne commence.

Ces confrontations sont normales, voire cycliques, et elles se sont succédé à intervalles d'environ un demi-siècle au cours des 400 dernières années. Ce qui les motive, indépendamment de ce que les gens se disent à ce moment-là, c'est principalement le taux de croissance différentiel de la puissance des grands États.

Certains croissent plus rapidement, d'autres lentement ou pas du tout, et au bout d'un demi-siècle environ, un État autrefois de rang inférieur se sent suffisamment puissant pour défier le grand chef en place. Ce dernier répond toujours au défi, et c'est reparti.

C'est ce qui se passe en ce moment. Il ne s'agit pas de "liberté", de "socialisme" ou du droit de navigation dans la mer de Chine méridionale. Il s'agit de la hiérarchie, purement et simplement, et cela ne doit pas nécessairement se terminer par une grande guerre. Ces cycles se terminaient toujours par ce genre de guerre, mais le dernier ne l'a pas fait, et celui-ci ne le fera peut-être pas non plus.

Le dernier s'est terminé pacifiquement parce que le challenger s'est essoufflé : l'ancienne Union soviétique s'est effondrée économiquement. Il est peu probable que la Chine s'effondre, mais sa croissance économique n'est plus très rapide, et la menace du réchauffement climatique pourrait finalement détourner les deux prétendants de cette compétition insensée.

La situation pourrait également évoluer dans un autre sens, notamment si le président Xi Jinping décidait d'envahir Taïwan, mais la plupart des irritants utilisés pour justifier la militarisation de la Quadrilatérale - Hong Kong, le traitement des Ouïghours au Xinjiang, les actions de la Chine à la frontière indienne, etc... ne menacent pas l'ordre international.

Et puis il y a les armes nucléaires, l'autre raison principale pour laquelle la confrontation américano-soviétique de 40 ans ne s'est pas terminée par une guerre mondiale.

Courage. Cela n'arrivera peut-être jamais.