Alors que l'UE prépare un nouvel amendement à la directive sur le crédit à la consommation, DECO et 14 autres organisations non gouvernementales se sont réunies pour trouver des solutions afin de protéger les consommateurs contre le crédit irresponsable.

Les crédits à la consommation peuvent être un outil formidable, car ils permettent à des millions de personnes de réaliser leurs désirs et leurs rêves, qui seraient autrement très difficiles à réaliser. Cependant, contracter de multiples crédits que vous ne pourrez pas rembourser peut être un piège terrible. C'est pourquoi 15 associations de consommateurs à travers l'Europe, dont DECO, ont élaboré des recommandations.

Selon la coalition, de nombreux facteurs sont aujourd'hui à l'origine des préjudices causés aux consommateurs, tels que :

Le fait que "l'évaluation de la solvabilité n'envisage pas d'éventuels scénarios négatifs, tels que d'éventuelles augmentations des taux d'intérêt pendant l'exécution du contrat ainsi que le fait que les consommateurs ne sont pas en mesure de contester facilement les décisions basées sur les modèles de notation de crédit et ne sont pas conscients des types d'informations considérées pour alimenter ces modèles".

De même, avec la numérisation et le big data, "il devient de plus en plus facile d'exploiter les biais comportementaux des consommateurs pour leur faire signer un contrat de crédit à la consommation qui n'est pas adapté à leur situation individuelle et financière". En outre, les produits de crédit à la consommation sont de plus en plus complexes et vendus en ligne sans être adaptés à la situation du consommateur.

Toutes ces situations peuvent pousser de nombreux consommateurs à contracter des prêts qu'ils auront du mal à rembourser à l'avenir car le produit n'a pas été personnalisé en fonction des besoins du consommateur ou contient des frais cachés ou excessifs. En outre, ils ne seront pas en mesure de remplir leurs obligations sans réduire leurs besoins vitaux.

Des pratiques responsables

D'autre part, si les prêts sont contractés selon des pratiques responsables, la coalition y voit plusieurs avantages, car cela améliore l'accès au crédit et l'inclusion qualitative, ainsi que la protection des ménages contre la détresse financière et le surendettement, augmentant la résilience financière des créanciers.

En outre, dans ce sens, un projet de loi visant à réviser la directive sur la protection des consommateurs est actuellement étudié par le Parlement européen et par le Conseil de l'Europe. Bien qu'il comporte des avancées dans les mesures visant à défendre les intérêts des consommateurs, la coalition estime qu'il est possible d'aller plus loin pour éliminer le crédit irresponsable et prévenir le surendettement.

La coalition "se félicite de la proposition de la Commission européenne de réviser la directive sur le crédit à la consommation (directive 2008/48/CE) car la nouvelle proposition, publiée fin juin 2021, apporte une série d'avancées positives liées à la protection des consommateurs sur les marchés du crédit à la consommation".

Des règles plus strictes

De leur côté, "les règles révisées élargissent considérablement le champ des produits qui devront se conformer à des obligations de prêt plus strictes. Il s'agira notamment des petits prêts inférieurs à 200 euros, des prêts proposés par les plateformes de crowdlending (financement en ligne qui met en relation des personnes désireuses de prêter de l'argent et des personnes à la recherche d'un financement) et des produits "buy-now-pay-later" de plus en plus proposés aux consommateurs en ligne", précise la coalition.

En outre : "La Commission propose également de limiter les coûts parfois exorbitants des prêts à la consommation, en demandant aux pays de plafonner les taux d'intérêt et/ou le coût total du crédit. C'est déjà une pratique courante dans plusieurs pays de l'UE, qui protège les consommateurs contre les prêts prédateurs."

Pas assez loin

Les avancées proposées ne vont pas assez loin et n'empêcheront pas la commercialisation de crédits à la consommation à des ménages qui ne sont pas en mesure de gérer les remboursements", ont-ils déclaré, ajoutant que "la numérisation des services financiers est encore en pleine expansion, et la réglementation devrait être conçue pour prévoir et prévenir tout préjudice majeur pour les utilisateurs de crédits à la consommation, en particulier pour les consommateurs les plus vulnérables de l'UE".

À cet égard, la coalition recommande d'interdire les pratiques commerciales qui poussent les consommateurs vers des produits de crédit à la consommation qu'ils ne peuvent pas payer ou rembourser en temps voulu, de veiller à ce que les consommateurs soient correctement informés des catégories de données utilisées pour accéder à leur crédibilité, et de faire en sorte qu'ils puissent effectivement contester les décisions de crédit, en offrant aux consommateurs en difficulté des solutions immédiates et personnalisées de conseil en matière d'endettement, entre autres.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site web de DECO: https://deco.pt/ ou appeler le 289 863 103 ou envoyer un courriel à deco.algarve@deco.pt.