Le Portugal ne lutte pas contre le travail forcé

Par TPN/Lusa, in Actualités, Monde, Criminalité, Amériques, Afrique · 31-03-2021 12:41:00 · 0 Commentaires

Le département d'État américain souligne les échecs du Portugal dans la lutte contre le travail forcé, considérant que la prévention et l'inspection ne disposent pas de ressources suffisantes, et indique également que le Portugal est un point d'entrée croissant pour le trafic d'enfants en provenance des routes subsahariennes.

Dans un rapport sur les pratiques en matière de droits de l'homme au Portugal, le département d'État américain estime que le pays a été efficace dans l'application de la loi qui interdit toute forme de travail forcé, mais souligne que les sanctions pour ces crimes "ne sont pas proportionnelles à celles d'autres crimes graves".

Le rapport met également en garde la société civile contre "la nécessité de renforcer le contrôle et la réglementation des agences de travail temporaire".

Les ressources de l'État consacrées à la prévention du travail forcé, y compris les inspections, ainsi qu'à l'application de la loi "restent insuffisantes", affirme le rapport, qui ajoute que les personnes reconnues coupables de ces crimes "parviennent souvent à éviter la prison, sapant ainsi les efforts d'application de la loi et de protection des victimes", citant des rapports d'organisations non gouvernementales et des médias.

D'après les données de l'Observatoire de la traite des êtres humains, les victimes de la traite des êtres humains de nationalité étrangère sont exploitées dans les secteurs de l'agriculture, de la construction et des services domestiques, tandis que les Portugais sont principalement exploités dans la restauration, l'agriculture et les services domestiques.

Quant au travail des enfants, le rapport souligne qu'il se produit dans des "cas très limités", principalement liés à l'exploitation d'enfants roms dans la mendicité ou la coercition pour commettre des crimes contre la propriété.

"Les réseaux de traite subsahariens utilisent de plus en plus le pays comme voie d'accès à l'espace Schengen pour exploiter les enfants dans le cadre de la traite sexuelle ou du travail forcé", indique le rapport.

Le département d'État américain estime également que "la violence à l'égard des femmes, y compris la violence domestique, continue d'être un problème" au Portugal, rappelant les sentences des tribunaux qui atténuent les peines des agresseurs en fonction de jugements moraux sur le comportement des victimes.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires