Le cas d'espèce du jour est celui des récentes révélations sur la Central Intelligence Agency américaine. En 2017, il s'avère que la CIA a flirté avec l'idée d'enlever ou de tuer Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, dans son refuge à l'ambassade d'Équateur à Londres.

Wikipédia a profondément embarrassé la CIA en 2010 en mettant sur le web une énorme quantité de documents secrets américains sur les guerres en Irak et en Afghanistan. Craignant d'être extradé vers les États-Unis, Assange (qui est australien) a demandé l'asile à l'ambassade d'Équateur à Londres en 2012.

Le rythme s'est accéléré début 2017 lorsque Donald Trump est devenu président et a nommé Mike Pompeo à la tête de la CIA. Pompeo s'est rapidement convaincu que les Russes allaient essayer de faire sortir Assange de Grande-Bretagne pour le mettre entre leurs mains.

La CIA a donc commencé à planifier de devancer les Russes en enlevant Assange de l'ambassade et en l'emmenant aux États-Unis - ou, si cela ne fonctionnait pas, en le tuant. Des plans d'urgence ont également été discutés pour contrecarrer une éventuelle tentative russe de faire sortir Assange en éperonnant le véhicule de fuite, en tirant dans les pneus de l'avion de fuite - ou, une fois encore, en le tuant.

Les Russes ont entendu toutes ces discussions et ont commencé à mettre en place leurs propres agents autour de l'ambassade. C'était plus que comique", a déclaré un ancien haut responsable de l'administration Trump. "On en est arrivé au point où chaque être humain dans un rayon de trois pâtés de maisons (autour de l'ambassade) travaillait pour l'un des services de renseignement, qu'il s'agisse de balayeurs, d'agents de police ou de gardes de sécurité."

Comique et tiré par les cheveux - mais c'est aussi de cette façon que le projet d'enlever ou de tuer le journaliste saoudien auto-exilé Jamal Khashoggi à l'ambassade d'Arabie saoudite à Istanbul a probablement commencé. Les hauts fonctionnaires de l'entourage de Trump étaient au moins assez adultes pour se rendre compte que c'était fou et ont abandonné l'idée, alors que ceux de l'entourage de Muhammad bin Salman ne l'étaient pas.

Le gouvernement équatorien a changé et Assange a été expulsé de l'ambassade de Londres en 2019, mais il faisait toujours face à une demande américaine d'extradition. Un tribunal britannique a rejeté cela au début de l'année, mais il continue de siéger en prison en attendant l'issue d'un appel américain devant un tribunal supérieur.

Et voici la chose. Aucune des informations publiées par Assange n'a fait de mal à qui que ce soit, et beaucoup d'entre elles devaient être révélées : les crimes de guerre en Irak et en Afghanistan et la surveillance gouvernementale de dizaines de millions de citoyens américains. La CIA a rendu tout cela secret parce qu'elle le pouvait, pas parce que c'était nécessaire ou justifiable.

Il n'y a pas que les agences de renseignement américaines, bien sûr, et elles ne pensent pas toujours à tuer ceux qui divulguent leurs précieux secrets. Ainsi, l'Israélien Mordechai Vanunu, qui a confirmé l'existence des armes nucléaires d'Israël en 1986, n'a été enlevé qu'en Italie et emprisonné en Israël pendant 18 ans (dont 11 ans en isolement).

La révélation de Vanunu ne change rien : tout le monde savait déjà qu'Israël possède des armes nucléaires, même s'il ne le confirmera jamais publiquement. Trente-cinq ans après son enlèvement, Vanunu n'est toujours pas autorisé à quitter Israël. S'il parle à des étrangers, il est arrêté, et parfois emprisonné à nouveau pendant quelques mois.

Il y a aussi Edward Snowden, un ancien employé de la CIA qui a révélé en 2013 d'énormes quantités de données sur les programmes de surveillance mondiaux de l'Agence nationale de sécurité américaine. Révéler que les États-Unis pirataient les téléphones de dirigeants étrangers amis, comme l'Allemande Angela Merkel, était la bonne chose à faire, mais il ne peut plus jamais rentrer chez lui.

Le gouvernement américain l'a piégé à Moscou en annulant son passeport alors qu'il était en route de Hong Kong vers l'Amérique latine, où il demandait l'asile. Il est toujours coincé en Russie huit ans plus tard. Sa petite amie l'a rejoint à Moscou en 2014, et ils sont maintenant mariés et ont un fils de trois ans, mais rentrer chez eux signifierait une vie entière en prison. La punition ne s'arrête jamais.

Ces personnes n'aident pas les terroristes et ne trahissent pas leur pays. Les "services de renseignement" (l'ancien terme "services secrets" était moins trompeur) ont pour réflexe de construire des empires bureaucratiques et d'étendre sans cesse leur champ d'action, car c'est ce que font les bureaucraties. Elles peuvent être utiles en temps de guerre, mais la grande majorité de ce qu'elles font en temps de paix est inutile.

Je ne l'ai soupçonné qu'en 1990, alors que la guerre froide touchait à sa fin. Aujourd'hui, c'est une évidence aveuglante. Tous ces cas sont des "crimes" sans victime où des choses qui devraient être connues sur le comportement illégal, contre-productif, voire criminel des gouvernements sont finalement révélées - et les services de renseignement harcèlent ensuite sans relâche les dénonciateurs pour effrayer les autres et les réduire au silence.