Lorsque l'Union soviétique a été dissoute en 1991, l'Ukraine a obtenu la garde de toutes ces armes nucléaires, car elles étaient basées sur son territoire au moment de l'éclatement. Soudain, l'Ukraine est devenue la troisième puissance nucléaire du monde, avec plus d'ogives que la Grande-Bretagne, la France et la Chine réunies.

Je me suis rendu à Kiev à plusieurs reprises au cours de cette période. J'ai interrogé un certain nombre de nationalistes ukrainiens qui avaient soudainement émergé au grand jour (après avoir été très discrets à l'époque soviétique), et je ne me souviens pas qu'un seul ait mentionné ces armes nucléaires. Et moi non plus, pour être honnête. Cela ne semblait pas très pertinent à l'époque.

Mais cela semble certainement pertinent pour beaucoup d'Ukrainiens maintenant. Ils ont donné la seule chose qui aurait pu les empêcher d'être envahis.

Les Russes et les Américains étaient très mécontents des armes nucléaires ukrainiennes au début des années 1990, car ils les considéraient tous deux comme une sorte de "prolifération". Un plus grand nombre de doigts sur un plus grand nombre de gâchettes (le Belarus et le Kazakhstan ont également hérité d'un plus petit nombre d'armes nucléaires soviétiques et de vecteurs) rendait la tâche du maintien de la dissuasion nucléaire mutuelle plus complexe et instable.

Les deux "superpuissances", comme on les appelait encore, ont donc utilisé la pression politique et des pots-de-vin judicieux pour persuader le nouveau gouvernement ukrainien de remettre toutes ses armes nucléaires à la Russie pour qu'elle les détruise. L'Afrique du Sud postapartheid se débarrassait de ses armes nucléaires au même moment, ce qui ne semblait pas être une décision bizarre ou insensée à l'époque.

La grande différence, bien sûr, c'est que l'Afrique du Sud n'avait pas pour voisin une grande puissance dotée de l'arme nucléaire. C'était le cas de l'Ukraine, qui a fini par regretter son erreur. Il s'agit d'un enjeu au cœur de la campagne contre la prolifération nucléaire, qui était autrefois considéré comme du simple bon sens.

C'est, en fait, le troisième pieu à être enfoncé dans ce cœur plutôt encombré, mais les deux premiers étaient moins convaincants. Saddam Hussein, le dictateur irakien, avait un programme d'armes nucléaires pendant sa guerre contre l'Iran dans les années 1980, mais il a été complètement démantelé par les inspecteurs des Nations unies après avoir envahi le Koweït et avoir été vaincu lors de la première guerre du Golfe en 1990-91.

Il n'a jamais relancé ce programme d'armement nucléaire, mais les États-Unis ont tout de même envahi l'Irak en 2003 et le gouvernement fantoche qu'ils ont installé à Bagdad l'a pendu.

Saddam Hussein le méritait amplement pour ses nombreux autres crimes, sans aucun doute, mais la leçon à retenir est la suivante : pour un dictateur, les armes nucléaires sont la seule assurance-vie qui fonctionne vraiment. La Corée du Nord a testé sa première arme nucléaire en 2006.

Le dictateur libyen, Mouammar Kadhafi, a été tellement effrayé par l'étalage de l'anarchie américaine lors de l'invasion de l'Irak en 2003 qu'il s'est laissé intimider pour mettre fin à son propre programme d'armement nucléaire vieux de dix ans. Grosse erreur.

Huit ans plus tard, en 2011, Kadhafi lui-même a été chassé du pouvoir par des frappes aériennes de l'OTAN, puis assassiné par des rebelles soutenus par l'OTAN. C'était sa propre faute : il avait pris le mauvais chemin. Mais une fois encore, c'est un dictateur cruel qui en a payé le prix, alors qui s'en soucie ?

En 1994, l'Ukraine s'est laissée convaincre de renoncer à toutes ses armes nucléaires. En échange, elle a reçu des "assurances" solennelles dans le Mémorandum de Budapest selon lesquelles la Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis "s'abstiendraient de recourir à la menace ou à l'usage de la force contre l'intégrité territoriale ou l'indépendance politique de l'Ukraine".

Il y a une semaine, Sky News a demandé à Svitlana Zalishchuk, conseillère en politique étrangère auprès du vice-premier ministre ukrainien, si l'abandon des armes nucléaires du pays avait été une erreur.

"Oui, sans aucun doute", a répondu Zalishchuk. Les pays qui possèdent des armes nucléaires sont "intouchables", et c'est "parce que nous avons volontairement renoncé à nos armes nucléaires et que le Mémorandum de Budapest a été ignoré (que) nous nous trouvons dans la situation dans laquelle nous sommes".

Il s'avère que les dictateurs maléfiques ne sont pas les seuls à avoir besoin d'armes nucléaires. Tout pays qui a un voisin doté de l'arme nucléaire et qui a des griefs à faire valoir en a également besoin de toute urgence. En effet, tout pays qui pense qu'il pourrait un jour se retrouver dans une confrontation avec un pays doté de l'arme nucléaire, aussi éloigné soit-il, a besoin d'armes nucléaires.

Si vous doutez de moi, demandez aux Iraniens, aux Taïwanais ou aux Sud-Coréens, qui observent tous attentivement. Ou même les Japonais et les Vietnamiens, si vous voulez.

Si vous entrez en confrontation avec une puissance nucléaire et que vous n'appartenez pas à une alliance dotée d'armes nucléaires comme l'OTAN, vous ne pouvez faire confiance à aucun autre pays pour risquer une guerre nucléaire en votre nom. Les "garanties" et les "assurances" sont inutiles. Vous devez disposer de vos propres armes nucléaires.