Il y a des élections en Hongrie dimanche prochain, et il semble qu'Orbán pourrait bien les gagner. Il y a un mois, il était très en retard sur l'opposition, mais ensuite la Russie a envahi l'Ukraine.

La Hongrie est l'une de ces nouvelles dictatures "douces" qui ressemblent à des démocraties pour le passant moyen. Après tout, il n'y a pas de police secrète, vous pouvez critiquer le gouvernement publiquement, et ils comptent réellement tous les votes lors des élections. Parfois, ils trouvent aussi quelques voix supplémentaires, mais Orbán a vraiment remporté trois élections plus ou moins équitables d'affilée.

Pourtant, il est en réalité un dictateur ("le Viktator", comme certains l'appellent) malgré les élections libres. Elles n'ont pas besoin d'être truquées à l'avance, car Orbán contrôle presque tous les médias dans lesquels les électeurs puisent leurs informations. Et il n'a même pas besoin de remporter la majorité des voix, car les circonscriptions électorales ont été redessinées en sa faveur.

Il a éliminé les médias "libéraux" en les rendant non rentables (pas de publicité gouvernementale, procès coûteux, etc.), puis en faisant en sorte que de riches amis les achètent à prix d'or et y chantent ses louanges. Plus de 90% des médias hongrois sont pro-Orbán, bien qu'il n'y ait pas de censure officielle.

Il s'en est tiré en élargissant la Cour constitutionnelle et en y faisant siéger les ténors de son parti, le Fidesz. Il a également pris le contrôle des tribunaux inférieurs en forçant tous les juges de plus de 62 ans à prendre leur retraite et en nommant des membres du Fidesz à leur place. Enfin, il lui arrive de créer de faux partis politiques les années d'élection pour attirer une partie du vote anti-Orbán.

La plus grande réussite d'Orbán a été d'étendre la citoyenneté à plus d'un million de Hongrois de souche qui vivent en tant que minorités dans les pays voisins - et de leur donner également accès aux généreuses prestations sociales hongroises. Ils n'ont peut-être jamais été en Hongrie, mais ils représentent un dixième de l'électorat, ils prennent l'argent - et 95% d'entre eux votent pour le Fidesz.

Dans les médias, on assiste à un torrent incessant de propagande haineuse à l'encontre des minorités (Juifs, Roms et homosexuels) et surtout des immigrants. Depuis une douzaine d'années, on dit au pays que le Fidesz est sa seule défense contre une Hongrie islamisée où les vrais Hongrois seraient une minorité opprimée, même si aucun musulman sain d'esprit ne choisirait jamais volontairement d'y vivre.

Un nombre déprimant de Hongrois, pour la plupart âgés, peu instruits ou ruraux, ont cru à tout cela, mais les victoires d'Orbán dépendaient aussi du fait que les partis d'opposition étaient chroniquement en guerre les uns contre les autres. Cette fois, il était en grande difficulté, car les six partis avaient réussi à s'unir et à soutenir le même candidat.

Ils n'ont pas pu se mettre d'accord sur grand-chose d'autre, si bien que le challenger qu'ils ont choisi était un politicien de centre-droit plutôt incolore appelé Péter Márki-Zay. Néanmoins, suffisamment de gens en avaient assez du copinage et des mensonges pour qu'il y a un mois, le Fidesz et l'alliance d'opposition soient au coude à coude. Et puis la Russie a envahi l'Ukraine.

Cela aurait dû être un désastre pour Orbán, qui rivalise avec Donald Trump dans son adulation fanatique de Poutine. Il a même dû enclencher la marche arrière et laisser entrer 450 000 réfugiés ukrainiens dans le pays. C'est seulement un cinquième de ce que la Pologne a accueilli, mais c'est trente fois plus que ce que le Royaume-Uni a accepté, ce qui le place en bonne position dans le peloton européen.

Il a été tout aussi rapide à changer de discours en matière de politique étrangère. Au lieu de repousser les hordes musulmanes, il a décidé de tenir la Hongrie à l'écart de la guerre en Ukraine : "L'opposition a perdu la tête", a-t-il déclaré lors d'un rassemblement le 15 mars.

"Ils s'engageraient dans une guerre cruelle, sanglante et prolongée et ils veulent envoyer des troupes et des armes hongroises sur la ligne de front. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire. Pas un seul Hongrois ne peut être pris entre l'enclume ukrainienne et le marteau russe."

Tout cela n'a aucun sens, bien sûr. La coalition d'opposition n'a jamais dit une telle chose, et la Hongrie est membre de l'alliance de l'OTAN, qui déclare constamment qu'en aucun cas elle ne s'impliquera directement dans la guerre en Ukraine. La Hongrie ne pourrait pas envoyer de troupes en Ukraine même si elle le voulait.

Mais cela a fonctionné. À la mi-mars, le Fidesz menait l'alliance d'opposition par une nette avance de 8 %, bien que des sondages plus récents aient montré que l'avance d'Orbán se réduisait. Pour un peuple qui a la réputation d'être intelligent, voire rusé - " les seules personnes qui peuvent entrer dans une porte tournante derrière vous et en ressortir devant vous " - les Hongrois sont d'une naïveté embarrassante.

Serait-ce un indice de la raison pour laquelle certains pays sont séduits par ces autocrates manipulateurs en puissance, alors que d'autres ne le sont pas ? Les Américains sont-ils plus naïfs que les Canadiens ? Les Russes sont-ils plus facilement dupes que les Ukrainiens ? Il y a matière à réflexion, mais j'en ai assez dit.