La déclaration d'une "trêve humanitaire" par le gouvernement éthiopien le 24 mars a été une surprise. Il y a six mois, les rebelles ont avancé depuis leur province natale du Tigré jusqu'à Addis-Abeba, la capitale du pays, et le Premier ministre Abiy Ahmed semblait au bord de la défaite.

Les Tigréens ont conclu une alliance avec un autre mouvement séparatiste, l'Armée de libération oromo, et étaient sur le point de se lier physiquement avec eux. La survie du deuxième plus grand pays d'Afrique semblait ne tenir qu'à un fil, et les guerres frontalières, en cas d'éclatement en États successeurs ethniquement définis, auraient pu durer des décennies.

Mais les Tigréens ont épuisé leurs réserves, Abiy Ahmed a pris livraison de quelques drones de fabrication turque et, à la fin de l'année, la ligne de front s'était déplacée vers le nord, à la frontière du Tigré. C'est là que l'armée éthiopienne s'est arrêtée, consciente que la prise par la force de la province rebelle pourrait entraîner des pertes énormes des deux côtés et n'avait aucune garantie de succès.

Le Tigré étant enclavé, un blocus éthiopien de tous les approvisionnements alimentaires en provenance de l'extérieur était l'option évidente. Le mois dernier, au moins deux millions des sept millions d'habitants du Tigré souffraient d'un manque extrême de nourriture, et pratiquement tout le monde avait faim en permanence.

Si l'on voulait persuader le Tigré de rester en Éthiopie, il fallait mettre fin au blocus avant qu'un grand nombre de personnes ne meurent de faim. Abiy Ahmed l'a compris, mais il est encore peu probable qu'il déclare une trêve sans l'assurance des dirigeants tigréens qu'ils la respecteront et que de véritables négociations suivront.

La guerre du Tigré a tué des dizaines de milliers de personnes et en a déplacé des millions, mais il existe désormais une réelle possibilité que cette guerre de seize mois se termine par une paix négociée qui maintiendrait le Tigré au sein de l'État éthiopien, du moins officiellement. C'est important, car une sécession réussie du Tigré aurait probablement déclenché une cascade d'autres mouvements séparatistes.

La guerre au Yémen est beaucoup plus ancienne (sept ans maintenant) et beaucoup plus sanglante (400 000 morts et plus). Elle est généralement décrite par les médias internationaux comme une guerre entre le gouvernement yéménite "légitime" et les rebelles "Houthis", avec une variété de monarchies et de dictatures arabes soutenant le gouvernement et l'Iran soutenant les rebelles. Rien de tout cela n'est vrai.

Les Houthis sont la milice des tribus du nord du Yémen qui se sont rebellées lorsque le régime contrôlé par l'Arabie saoudite a tenté de leur retirer leur part des revenus pétroliers limités du pays. (Tout le pétrole se trouve dans le sud du pays.) L'Iran compatit car les tribus Houthi, comme l'Iran, sont des musulmans chiites, mais Téhéran ne les soutient pas et ne peut pas les soutenir militairement.

Le gouvernement "légitime" est un ancien maréchal et politicien yéménite, Abdrabbuh Mansur Hadi, qui a été installé comme président par intérim (sans élection) pour une période transitoire de deux ans il y a onze ans. Il a obtenu ce poste en passant un accord avec les Saoudiens, qui veulent toujours un homme de confiance au pouvoir dans le pays turbulent situé au sud.

Hadi cherchait simplement à assurer sa propre position lorsqu'il a tenté de priver les Houthis de leur part des revenus pétroliers, car il est lui-même originaire du sud. Lorsque ces derniers se sont rebellés et ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, il a fui en Arabie saoudite, où il a passé la majeure partie de son temps depuis lors.

Les Saoudiens et leurs amis du Golfe (avec le soutien de l'Occident) bombardent le Yémen depuis lors, mais leurs armées sont essentiellement composées de mercenaires peu motivés et ne sont pas très efficaces sur le terrain. La guerre est dans l'impasse depuis des années, et un blocus presque total a amené la majeure partie du pays au bord de la famine. La plupart de ces 400 000 décès sont dus à la faim.

La trêve de deux mois est donc une bénédiction, bien qu'elle ne permette pour l'instant que l'entrée de carburant dans les ports, pas de nourriture. Il n'y a aucun principe en jeu dans les deux camps, seulement de sordides considérations d'argent et de pouvoir. En théorie, ils devraient donc être en mesure de conclure un accord de paix durable où tout le monde partage les richesses (assez limitées).

En pratique, au Yémen, ce n'est jamais aussi simple, mais le soutien occidental à l'Arabie saoudite a diminué depuis que le prince héritier Mohammed bin Salman s'est montré véreux (le meurtre de Jamal Khashoggi, etc.), si bien que tout le monde est peut-être maintenant prêt à négocier. Sinon, pourquoi cette trêve ?

Si elle fonctionne, il y aura toujours une grande et dangereuse guerre en Ukraine, mais deux des trois pires guerres du monde seront terminées. Par rapport à un passé long et sanglant, ce n'est pas un mauvais bilan.