Que signifie "riche en pétrole", papa ?

Par Gwynne Dyer, in Opinion · 11-12-2020 01:00:00 · 0 Commentaires

"Les seuls officiels présents étaient américains et saoudiens", a tweeté le ministre des affaires étrangères saoudien, le prince Faisal bin Farhan Al Saud, mais il mentait.

Le Premier ministre israélien, Binyamin Netanyahu, s'est vraiment rendu en Arabie Saoudite pour passer quelques heures avec le prince héritier Mohammed bin Salman et le secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

Nous devons cette connaissance à cette ressource journalistique indispensable, les sites web de suivi des vols. Ils ont révélé que l'avion privé que Netanyahou affrète habituellement pour des visites secrètes à l'étranger partait de Tel-Aviv et se rendait à Néom en Arabie saoudite, décollant pour le vol de retour trois heures et demie plus tard. Il fut un temps où cela aurait fait la une des journaux du monde entier : "La superpuissance américaine et l'Arabie saoudite, riche en pétrole, s'associent au leader israélien en difficulté pour découper le Moyen-Orient", ou quelque chose du genre. Alors qu'aujourd'hui, ce "sommet", si on peut l'appeler ainsi, est à peine remarqué.

Nétanyahou est en effet aux prises, mais ce sont des accusations de corruption qu'il combat, et non un ennemi étranger. Pompeo est un homme politique qui va bientôt se retrouver au chômage et qui peaufine son CV en vue d'une nomination sénatoriale en 2022 ou d'une nomination présidentielle républicaine en 2024. Le prince Mohammed bin Salman est toujours effectivement le dictateur de l'Arabie saoudite, mais cela ne fait plus beaucoup de bruit dans le reste du monde. La réunion n'a pas eu de sens.

Cet effondrement de la pertinence est en partie temporaire. Nétanyahou finira par aller en prison ou se retirer, mais Israël restera la superpuissance naine qui domine militairement le Moyen-Orient.

Pompeo et son employeur seront bientôt démis de leurs fonctions, et les États-Unis retrouveront une partie de leur ancienne position de "leader mondial", au moins pour un temps.

Mais l'Arabie Saoudite ne reviendra jamais en tant que moteur et agitateur. Le déclin est permanent, car "riche en pétrole" est une expression destinée à devenir aussi obsolète que "copie carbone". Les revenus pétroliers des producteurs arabes ont chuté de plus des deux tiers, passant de 1 000 milliards de dollars en 2012 à seulement 300 milliards cette année, et ils ne remonteront jamais.

Jusqu'à présent, cette baisse est principalement due à une chute brutale des prix du pétrole - la demande a augmenté régulièrement mais la production de pétrole a constamment augmenté plus rapidement - mais maintenant un effondrement absolu de la demande se profile également.

Alors que l'urgence climatique s'aggrave, les véhicules à moteur (qui représentent la moitié de la consommation mondiale de pétrole) passent à l'électricité. La Grande-Bretagne et la France se sont engagées à mettre fin à toutes les ventes de voitures neuves équipées de moteurs à combustion interne d'ici 2030, ce qui signifie en pratique que personne n'achètera de voiture neuve fonctionnant au pétrole après 2025. De nombreux autres pays ont pris ou envisagent de prendre des mesures similaires.

Qu'arrive-t-il donc à un pays comme l'Arabie saoudite, où les quatre cinquièmes du budget de l'État proviennent des revenus du pétrole ? Des coupes budgétaires sont déjà en cours, bien sûr, mais les recettes vont continuer à diminuer. De plus, la population de presque tous les États du Golfe producteurs de pétrole continue de croître rapidement.

À un moment donné, ces deux lignes du graphique se croiseront de manière politiquement déstabilisante. Si l'Arabie saoudite et les petits États pétroliers du Golfe continuent à dépenser des sommes considérables en armement, soi-disant pour se protéger de l'Iran, les lignes se croiseront un peu plus tôt, mais ce n'est qu'une question de temps.

L'extraordinaire stabilité de ces États - pas un seul changement de régime dans les six monarchies "riches en pétrole" de la péninsule arabique au cours des cinquante dernières années - repose entièrement sur la capacité des dirigeants traditionnels à acheter l'assentiment de leurs sujets. Une fois que la richesse disparaît, la stabilité aussi.

La péninsule arabique n'a été brièvement un centre de pouvoir majeur que deux fois dans l'histoire du monde : une fois en 632-661 de notre ère, après quoi la capitale du premier empire islamique s'est installée à Damas, et une fois de 1973 à nos jours - mais plus pour longtemps.

Même l'unité de l'Arabie saoudite elle-même, qui a été imposée par la force il y a moins d'un siècle, pourrait ne pas survivre à la transition. Les centres de pouvoir dominants du Moyen-Orient de l'après-pétrole seront exactement là où ils étaient pendant la plus grande partie du dernier millénaire : la Turquie, l'Iran et l'Égypte. Et à aucun moment au cours des mille dernières années, deux de ces trois puissances n'ont été capables de coopérer longtemps.

Elles ont cependant des points communs : l'Islam (bien que dans deux versions différentes et généralement hostiles), des économies relativement modernes et semi-industrialisées (la Turquie pour la plupart, l'Égypte pour le moins), et environ 100 millions de personnes chacune.

Mais ils sont divisés par la langue (le turc, l'arabe et le farsi n'ont rien en commun, si ce n'est des mots d'emprunt), la distance (les capitales sont distantes de plus de 2 000 km), et par l'histoire et la politique. L'Egypte a parfois été conquise par l'un des deux autres, mais cela ne compte pas comme une collaboration.

On pourrait donc dire que le "Moyen-Orient" lui-même est sur le point de disparaître en tant que concept significatif. Ce n'est pas une grande perte, vraiment.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires