Par curiosité, nous sommes revenus en arrière et avons regardé des photos antérieures de Poutine, et nous avons pensé que nous pouvions observer le même phénomène. Il a manifestement été culturiste pendant une grande partie de sa vie, et beaucoup, voire la plupart des culturistes, prennent des stéroïdes à un moment ou à un autre. Et certains utilisateurs de stéroïdes à long terme, dont le père de Tina (bien qu'il n'ait pas été culturiste), deviennent accros.

Pour être franc, Charles est devenu un drogué aux stéroïdes, ce dont nous avons pris conscience après avoir perdu sa valise lors d'un voyage en Russie. C'était la panique classique du junkie : il ne pouvait penser à rien d'autre avant d'avoir retrouvé ses stéroïdes. Je méritais une médaille pour lui avoir trouvé des stéroïdes sans ordonnance à Moscou en une journée, mais je ne l'ai jamais eue.

J'aurais aimé prêter plus d'attention à la remarque de Tina sur Poutine, mais au lieu de cela, j'ai continué à prédire que Poutine n'envahirait pas l'Ukraine jusqu'à quelques jours seulement avant qu'il ne le fasse, au motif qu'aucun dirigeant rationnel, aussi impitoyable soit-il, ne ferait cela. Il pourrait bluffer en le faisant, mais le faire réellement n'aurait que des inconvénients pour Poutine, et il n'est pas stupide.

J'ai même écrit : "Le problème pour le public cible, les spectateurs et parfois les propres associés du dirigeant, est qu'ils ne peuvent pas faire la différence entre un acte de "fou" et les actions d'un véritable fou, à moins que le dirigeant ne fasse quelque chose d'irrévocable et de manifestement fou. Nous n'en sommes pas encore là avec Vladimir Poutine" et je ne pensais vraiment pas qu'il était fou.

Alors il a envahi le pays. Trois jours plus tard, j'ai entendu Lord David Owen, ancien secrétaire d'État britannique aux affaires étrangères, mais également médecin expérimenté formé en neurologie et en psychologie, déclarer à Radio Londres qu'il avait repéré les mêmes bouffissures que Tina sur le visage de Poutine et qu'il était arrivé à la même conclusion. Mais il est ensuite allé un peu plus loin.

"Regardez son visage, voyez comme il a changé", a déclaré Owen. "Il a maintenant un visage ovale. Les gens ont dit 'Oh, c'est de la chirurgie plastique ou du Botox', mais je n'y crois pas du tout. Il prend soit des stéroïdes anabolisants en tant que culturiste - et il est très fier de ses muscles et de ses bandes à la taille et tout ça - soit des corticostéroïdes.

"Si vous êtes sous ces médicaments, ils vous donnent ce visage. Ils réduisent votre immunité et vous rendent plus vulnérable au Covid. Cet homme a été complètement isolé, c'est assez extraordinaire, il ne voit personne, il reste à des kilomètres, il subit une pression énorme. Ce qui indique qu'il est sous stéroïdes et probablement, peut-être, une combinaison des deux."

Pour un diagnostic télévisé, c'est plutôt convaincant. Et cela expliquerait beaucoup de choses : pas seulement les tables de 15 mètres avec lui à une extrémité et ses généraux à l'autre, mais aussi l'invasion de l'Ukraine. Les stéroïdes anabolisants sont associés à une irritabilité et une agressivité accrues ; les corticostéroïdes sont parfois liés à la manie et à la psychose.

Je ne ferais pas de politique uniquement sur la base de ce diagnostic, mais il doit être pris en compte lorsque l'on réfléchit à la manière de traiter Poutine. Un homme qui a détruit Grozny et contribué à raser l'est d'Alep pourrait également effacer Kiev et ses habitants tout en étant tout à fait sain d'esprit, mais on peut s'interroger sur la santé mentale d'un homme qui laisse entendre qu'il utilisera des armes nucléaires si quelqu'un tente de le contrecarrer.

Les suspects habituels des médias se sont déchaînés sur cette histoire, certains expliquant qu'une bombe nucléaire "tactique" pourrait être utilisée sur une ville ukrainienne "pour encourager les autres" à se rendre. D'autres publient des cartes illustrant l'explosion d'une arme nucléaire russe au milieu de la mer du Nord, en guise d'avertissement à l'OTAN de ne pas aider l'Ukraine.

Il n'y a pas grand-chose que les Ukrainiens ou leurs amis étrangers puissent faire à ce sujet. Personne ne leur suggérera de se rendre au cas où Poutine serait vraiment sérieux (il n'a pas explicitement menacé d'utiliser des armes nucléaires, mais y a fait des références qui laissent entendre que le sujet le préoccupe).

Un précédent qui pourrait être envisagé à Washington est le type de déclaration que le président John F. Kennedy a faite lors de la crise de Cuba en 1962, en changeant simplement les noms pour dire que "tout missile nucléaire lancé depuis la Russie contre toute nation en Europe sera considéré comme une attaque de la Russie contre les États-Unis, nécessitant une réponse complète de rétorsion sur la Russie".

Cela ne dissuaderait peut-être pas Poutine, mais cela terrifierait certainement les généraux qui l'entourent. D'un autre côté, cela terrifierait également les généraux qui entourent Joe Biden. N'y pensez pas pour l'instant.